Archives de Tag: peinture

L’art est un jeu d’enfant #3 : promenade à la ferme

Par défaut

Alors pour cette édition de l’Art est un jeu d’enfant proposé par Le Pays des Merveilles, j’ai été graaaaaaandement inspirée. Normal, Doriane m’a fait l’honneur de choisir le thème : promenade à la Ferme.

J’ai un scoop (ou pas) pour vous : mes parents sont des agriculteurs, des fermiers, des paysans, des cinsiers comme on dit chez nous. Ils cultivent la terre, élèvent des vaches et des poules. Ils produisent plein de bonnes choses comme des yaourts, du fromage ou des mousses au chocolat.

Bref, moi je vis dans ce monde très « terre à terre » depuis que je suis gamine. Je ne suis pas une pro du calendrier des semis et des récoltes, mais je sais distinguer une ensileuse d’une enrubanneuse (ouai c’est la classe !!!)

Alors forcément, Zélie elle adore aussi cet univers. Pour elle, la vie à la ferme se résume à trois choses : les vaches, les poules et les tracteurs !!! Nos activités se sont donc orientées vers l’un de ces trois éléments : le tracteur !

Les tracteurs, Zélie les repère de loin qu’ils soient verts avec des roues jaunes (les mêmes que Papou), oranges avec des roues blanches ou mêmes bleues avec des roues blanches, elle est toujours ravie d’en croiser dans les champs.

Voici donc la version du tracteur de Zélie.

Pour commencer, Zélie a réalisé des champs. Ah ben oui, que seraient les tracteurs sans les champs ?

au crayon de bois, j’ai divisé une feuille de canson blanche en 4 rectangles. Ce seront les 4 champs.

Dans le premier nous avons semé du maïs. Pour cela, j’ai étalé la colle dans l’un des rectangles et chargé Zélie de coller les grains de maïs. Si au début elle collait les grains uns à un, elle a vite compris que ça allait lui prendre un peu plus de temps que prévu et a décidé de les saupoudrer par poignées. Et c’est drôlement plus efficace ^^

DSC_0267 DSC_0269 DSC_0270

Avec la même technique, on a semé du lin (les vaches en raffolent, vous le saviez ?)

DSC_0274

Du riz (ok ce n’est pas très local ^^)

DSC_0277

Et de l’avoine (j’ai utilisé du son d’avoine qui traînait dans mes placards)

DSC_0280

Entre chaque semis, je retournais la feuille pour enlever le surplus de grains.

Et voilà donc nos quatre champs semés.

DSC_0281

Nous sommes ensuite passées à la réalisation des tracteurs. J’ai trouvé l’idée sur Pinterest très originale alors je ne me suis pas cassée la tête, je l’ai reproduite, presque à l’identique.

Tout d’abord, on a réalisé l’empreinte de pied de Zélie à la peinture verte. C’est la première fois que nous le faisons pour ses pieds et au début elle a été un peu réticente à mettre de la peinture sur sa plante de pied, d’autant plus qu’elle est très chatouilleuse. Finalement, je lui ai expliqué que c’était pareil que pour les empreintes de main (qu’elle connait très bien) et on a réussi à en faire deux.

DSC_0302

Quand la peinture était sèche, j’ai collé un gros rond jaune pour la roue arrière et un plus petit pour la roue avant. Avec un posca noir, j’ai dessiné la cabine du fermier, les deux cheminées avec la fumée et les pneus dentés des roues.

DSC_0303

J’ai ensuite découpé autour des empreintes. L’une d’entre elles a servi pour les jeux de Zélie et l’autre a été collée sur les champs.

Et voici donc le tracteur de Zélie en plein travail !!!

DSC_0320

Zélie a joué ensuite un long moment à transvaser le restes de grains d’un bol à l’autre et lorsqu’elle en a eu assez, nous avons été jeter le grain dans le jardin afin de faire profiter les oiseaux de passage.

DSC_0271 DSC_0290 DSC_0283 DSC_0294

J’ai hâte de voir vos réalisations !!!

Nos activités pour Pâques #1 : la poule en papier mâché

Par défaut
Nos activités pour Pâques #1 : la poule en papier mâché

Cette semaine c’est la dernière ligne droite avant Pâques. C’est aussi une semaine de congés pour Zélie et moi, alors on profite d’avoir du temps pour bricoler quelques activités pour la fête des cloches !

Aujourd’hui, voici donc la poule en papier mâché.

Si l’activité semble simple de prime abord, sachez que ça prend beauuuuuuuucoup de temps !!! Entre le début de l’activité et la photo finale se sont écoulés 5 jours !

Jour 1 : fabrication de la colle maison et collage du papier journal sur le ballon de baudruche

DSC_0228

Pour cela il suffit de mélanger dans une casserole 4 cuillères à soupe de farine, 2 cuillères à soupe de sucre et un grand verre d’eau. Après, la technique est la même que la béchamel. On met sur le feu et on touille jusqu’à ce que la texture s’épaississe.

Une fois que c’est fait, vous pouvez la mettre en pot. Cette colle se conserve quelques jours au frigo et si la texture vous semble bien trop épaisse, n’hésitez pas à rajouter de l’eau dans le pot et de secouer très énergiquement pour tout mélanger.

DSC_0225

Quand votre colle est prête, c’est le moment de mettre à contribution l’enfant pour arracher le journal en gros morceaux. En général c’est une activité qui plait beaucoup. Pour recouvrir de plusieurs couches notre ballon, nous avons utilisé la moitié du journal (Notez qu’on reste dans le thème entre le journal et l’animal qui sera réalisé ^^)

DSC_0226 DSC_0227

Quand les morceaux de journal sont prêts, c’est là que le plus rigolo intervient. On va donc coller les morceaux sur le ballon de baudruche à l’aide de la colle que nous venons de réaliser.

Bon, je vous préviens tout de suite, il ne faut pas avoir peur de se salir les mains (et les vêtements, et la table …) Nous on a mis toutes les chances de notre côté : un tablier pour Zélie et une nappe sur la table !!!

Pour la première couche, il faut d’abord encoller le ballon, puis poser un bout de journal et repasser la colle dessus. Il ne faut pas hésiter à mettre la dose histoire que tout colle bien ensemble. Par la suite, on continue à superposer le papier jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

DSC_0230 DSC_0231

C’est à ce moment là que je vous préviens qu’il ne faut pas commencer cette activité à 19 heures avec vos enfants car coller le papier sur le ballon est long … très long !!!

Zélie a tenu une bonne demi-heure à me donner un coup de main. Puis elle en a eu marre la pauvre. J’ai donc continué seule. Puis c’était l’heure de manger et ensuite de coucher Zélie. Au final j’ai terminé tard dans la soirée, je pense que ça m’a pris environ 3 heures, mis bout à bout.

Après il a fallu trouver un moyen de faire sécher le ballon. J’ai fait le tour de la maison plusieurs fois, et la solution qui m’a semblé la plus « pratique » est d’accrocher un morceau de laine sur l’un des barreau du palier et de faire sécher le ballon dans la montée d’escalier.

DSC_0232

Le papa de Zélie n’a pas du tout trouvé ça pratique. Il s’est cogné au moins une demi-douzaine de fois dans le ballon (plus ou moins sec ^^)

Jours 2 et 3 : Séchage du ballon 

Jour 4 : peinture sur le ballon. 

Deuxième étape très salissante. On a choisi le body le plus moche de l’armoire, étalé la nappe par terre, préparé la peinture rouge et les pinceaux et c’est parti pour une session peinture très … corporelle !!!

DSC_0235 DSC_0239 DSC_0242

J’ai choisi d’utiliser la gouache étant donné que c’est moins nocif pour Zélie, mais l’acrylique a un meilleur pouvoir couvrant.

L’activité peinture a un peu dégénéré à un moment, et ça s’est terminé comme ça !!!

DSC_0249 DSC_0248

Pendant que Papa a eu la lourde tâche de nettoyer sa fille, j’ai tout rangé, lavé et le ballon est retourné sécher à sa place de prédilection

DSC_0244

Jour 5 : deuxième, troisième et quatrième couche de peinture

Jour 6 : décoration du ballon 

une fois que la peinture est bien sèche, c’est parti pour la décoration. Zélie a collé de grosses gommettes rondes sur l’ensemble du ballon. C’est toujours une activité qui a la côte, les gommettes !!!

DSC_0269 DSC_0270

Ensuite, dans du papier canson rouge, j’ai découpé la crête, les pattes et le barbillon (le truc qui pend sous le bec) et dans du canson jaune, le bec et les ailes.

J’ai tout collé sur le ballon ainsi que deux gros yeux mobiles, les pattes étant reliées au reste du corps avec de la ficelle.

DSC_0274 DSC_0272 DSC_0273

Et voilà le travail !!

DSC_0275

Bilan du papier mâché : c’est vachement rigolo à faire mais absolument pas adapté à mon petit morpion de presque deux ans.

Demain on se retrouve avec une autre poule, mais moins longue et surtout moins salissante !!!

l’arbre du printemps

Par défaut

Ce dimanche, on fête l’arrivée du Printemps.

Même si l’hiver n’a pas vraiment pointé le bout de son nez (2 fois 3 cm de neige qui n’ont tenu que quelques heures, on ne peut pas appeler ça un hiver !), je suis heureuse de sentir que les températures remontent doucement, je suis heureuse de voir que les animaux sortent de leurs terriers, que les fleurs sortent de terre ou colorent les arbres.

Comme toutes les autres saison, j’adore le printemps. J’aime le renouveau, les gens beaucoup plus souriants au contact des rayons du soleil, la nature qui renaît, les oiseaux qui chantent, les jours qui rallongent …

Alors pour fêter l’arrivée du printemps, Zélie a créé un joli arbre en fleurs.

Matériel utilisé :

DSC_0252

– peinture rouge, verte et bleue

– colle et colorant : maintenant je mets un peu de colorant dans la colle afin que Zélie sache où la colle a été étalée. La colle blanche sur les feuilles blanches c’était un peu compliqué.

– une feuille de canson blanche

– deux feuilles de papier de soie

– pinceau, éponge et palettes

On a commencé par peindre l’ensemble de la feuille blanche avec des éponges. Zélie a utilisé du bleu et du vert. La technique du « tapotage » est bien maîtrisée, et quand elle estime qu’il n’y a plus de place sur la feuille, elle décore ensuite la nappe !

DSC_0257 DSC_0254 DSC_0260 DSC_0261 DSC_0265

Quand la peinture eut fini de sécher, on s’est attaquée au tronc et aux branches de l’arbre. Nous n’avons toujours pas de peinture marron à la maison alors on a mélangé du rouge et du vert. j’ai ensuite étalé la peinture sur la main et l’avant bras de Zélie (ça katouille Maman !) et hop, on a fait l’empreinte de tout ce petit monde sur la feuille.

DSC_0298 DSC_0299 DSC_0300 DSC_0301

Puis, pour faire les fleurs, Zélie a utilisé une technique qu’elle connaissait déjà pour l’avoir faite il y a quelques semaines à l’occasion du cadeau de Saint Valentin pour son Papa : des boules de papier de soie chiffonnées.

J’ai donc arraché deux feuilles de papier de soie : une rose et une rouge puis Zélie s’est chargée d’en faire de petites boulettes.

DSC_0306 DSC_0307

Ensuite, je posais de petites gouttes de colle sur le dessin et Zélie y mettait par dessus une boulette de papier.

DSC_0310 DSC_0311 DSC_0313

Et voilà le travail !

DSC_0319

Un bel arbre en fleurs pour fêter l’arrivée du printemps !

L’art est un jeu d’enfant #2 : A l’abordage !!! Le monde des pirates

Par défaut

Deuxième participation pour Zélie à l’Art est un Jeu d’enfant proposé par le Pays des Merveilles ! Le but est on ne peut plus simple : chaque premier de mois, on présente les oeuvres d’art réalisées par nos enfants sur un thème précis.

Ce mois-ci le thème est celui des Pirates !

Alors nous, les pirates, on ne connaissait pas vraiment à la maison. C’est vrai que c’est une thématique que nous n’avions pas encore vraiment abordé, notamment dans les lectures de Zélie. Et pour moi, j’associe Pirates à mon Disney Préféré : Peter Pan ou encore à mon acteur préféré : Johnny Depp dans Pirates des Caraïbes. Mais Zélie est encore un peu jeune pour découvrir ces films.

J’ai donc fouillé les bibliothèques de la maison (oui, les…) et j’ai découvert ceci :

Afficher l'image d'origine

Et pour compléter, j’ai acheté ceci :

Afficher l'image d'origine

Au fur et à mesure des lectures, ce qui intéressait le plus Zélie c’était le bateau des pirates. Alors il me semblait évident que nous allions réaliser un bateau !

Pour celui-ci j’ai réuni deux techniques qui plaisent beaucoup à Zélie : la peinture et le collage.

Matériel pour la réalisation de notre bateau pirate : 

DSC_0100

– de la gouache bleue, noire et blanche, ainsi que de la gouache marron (ou du rouge et du vert si comme dans mon cas vous n’avez pas toutes les couleurs à la maison)

– des éponges et un pinceau

– une feuille de canson blanche, une autre grise

– de la colle

– ouate

– crayon et ciseaux

Etape 1 : Faire la mer et les vagues. J’ai commencé à mélanger du bleu et du blanc pour avoir de la peinture bleue assez claire. Zélie l’a étalée sur la feuille de canson blanche à l’aide de deux éponges (bah oui, elle a deux main !!! Rentabilité !!!) Je lui ai expliqué qu’il fallait en mettre sur l’ensemble de la feuille. Une fois cette étape terminée, directement sur la feuille, j’ai fait couler de petites gouttes de peinture noire et lui ai montré la technique de « tapotement » pour étaler la peinture sur l’ensemble de la feuille, par dessus le bleu. ainsi, le noir ne recouvre pas l’ensemble de la feuille et l’on voit encore le bleu. On a recommencé avec de nouveau des gouttes de bleu, puis de blanc et à chaque fois, Zélie tapotait avec son éponge pour que la peinture recouvre bien l’ensemble de la feuille.

DSC_0101 DSC_0103 DSC_0105 DSC_0106 DSC_0107

Un tour sur le radiateur pour le séchage.

Etape 2 : faire le ciel et les nuages. Zélie a fait des boules de coton en les roulant entre ses doigts. J’ai pu remarquer comme son vocabulaire s’étoffe de jour en jour ! Elle s’amusait à passer la boule de coton sur son nez et à me dire « oh tout doux Maman ! » C’est rigolo parce que maintenant elle ne se contente plus de répéter ce qu’on lui dit, mais elle fait d’elle-même de petits dialogues et répond à nos questions (elle grandit trop vite !!)

DSC_0109 DSC_0108

J’ai étalé ensuite un peu de colle sur le haut de la feuille grise (une feuille blanche peinte en gris fera tout aussi bien l’affaire !! ) et Zélie a posé ses boules de coton pour faire les nuages. J’avais prévu de faire une seule rangée de nuages, mais Mademoiselle en a décidé autrement : il a fallu en faire une deuxième. (bah oui, dans le Nord il y a beaucoup de nuages !!!) Toujours en train de parler, Zélie m’a plusieurs fois montré ses doigts « ça colle !!! »

DSC_0110 DSC_0111 DSC_0113 DSC_0114

Etape 3 : faire le bateau. Alors nous à la maison, on ne possède pas toutes les couleurs de gouache, la magie des mélanges c’est sympa aussi pour faire découvrir aux enfants (et accessoirement ça prend moins de place dans les placards). J’ai donc mélangé du vert et du rouge pour obtenir du marron. Avec le pinceau, j’ai étalé la peinture sur sa main (« oh ça katouille » !!! Ouai elle a du mal avec le « ch » ^^) et on a fait une belle empreinte, doigts vers le haut, en plein milieu de la feuille.

DSC_0119 DSC_0120 DSC_0121 DSC_0122

Le bateau est allé rejoindre sa camarade la mer sur le radiateur pour une session séchage.

Etape 4 : Dans un morceau de feuille blanche, j’ai découpé les voiles du bateau. Pour cela j’ai utilisé la feuille sur laquelle Zélie a peint la mer. Il restait des endroits encore vierges, ça m’a évité d’utiliser une nouvelle feuille pour y couper un tout petit morceau.

DSC_0123 DSC_0124

Etape 5 : j’ai encore fait du découpage ! il fallait maintenant assembler la mer et le reste de la peinture. Dans la feuille peinte en bleu, j’ai donc coupé un morceau de mer que j’ai collé sur le bas de la feuille en prenant garde à ce que le haut de la mer vienne toucher le bas du bateau. Ainsi, on a l’illusion que le bateau vogue sur les flots.

DSC_0128

Etape 6 : j’ai collé les voiles sur les mâts, représentés par les doigts de l’empreinte et j’ai passé sur les contours des voiles et du bateau un trait de feutre noir pour faire ressortir le tout.

Et voilà le travail !!! un joli bateau pirate 🙂

DSC_0129

Au final, même si Zélie s’est beaucoup amusée à faire son bateau pirate, à peindre et à coller, la thématique « pirates » ne l’intéresse absolument pas. Peut-être est-elle encore trop petite ou alors aurais-je du lui proposer d’autres activités ? Mais je ne perds pas espoir de lui faire découvrir dans quelques années mon Disney préféré 😉

Pour voir les autres oeuvres de l’Art est un Jeu d’Enfant, je vous invite à vous rendre sur le blog du Pays des Merveilles, vous allez être épatés 🙂

L’art est un jeu d’enfant #1 : en route pour le Carnaval !

Par défaut

Hey ! Aujourd’hui j’inaugure une nouvelle rubrique de mon blog grâce à notre première participation au rendez-vous mensuel de « L’art est un jeu d’enfant » organisé par Le Pays des Merveilles.

Le principe de ce rendez-vous est on ne peut plus simple, alors j’essaierai d’être au garde à vous chaque premier de mois pour poster les activités et les créations de Zélie autour du thème défini !

Pour ce mois-ci, j’ai été vachement inspirée, moi qui aime les costumes, la couleur et la fête, puisque le thème est « en route pour le carnaval ! »

Le carnaval c’est une fête que j’apprécie particulièrement depuis mon enfance. Ma maman prenait un plaisir non dissimulé à réaliser de ses blanches mains, nos costumes pour l’après-midi festive préparée par l’école. Mes frères, ma soeur et moi avons donc eu le bonheur de porter de jolies créations comme un superbe costume de chien tout en fausse fourrure (chapeaux avec z’oreilles compris), un magnifique costume de princesse doré et noir, un chouette costume de fleur tout en tulle rouge, rose et vert (mon préféré), un joli costume de Colombine, et le meilleur pour la fin : un costume génial de Charleston en velours bleu nuit, avec le bandeau de plumes qui allait avec.

Zélie a fêté son premier carnaval avec la crèche l’an dernier et elle a eu la chance de porter pour l’occasion un costume de paon que j’ai réalisé exprès pour elle.

20150314_162038

Bref, je m’égare…

Donc aujourd’hui je vous présente notre tour du monde des Carnavals les plus célèbres

1. Le carnaval de Venise. 

Commençons par le carnaval de Venise qui est certainement le carnaval le plus ancien puisqu’il trouve ses origines au Moyen-Âge et avait pour but de montrer la richesse et la puissance de la ville au reste du monde. Le Carnaval de Venise à travers ses somptueux costumes et masques permettaient le temps de quelques semaines d’abolir les contraintes sociales habituellement établies : le pauvre devenait le riche et vice versa. Le masque principalement permet aux personnes d’être incognito et ainsi elles évitent de saluer les plus puissants. De plus il leur permettait de transgresser certaines règles, mais aussi de mentir sur leur classe sociale, leur sexe …

Alors on a fait dans l’original, on a réalisé un masque !

Matériel :

– papier cartonné blanc

– peinture gouache et outils de peinture

– gommettes

– plumes

– colle

– élastique

a. Découper dans la feuille cartonnée un gabarit de masque, ainsi que les yeux. Laisser libre court à l’imagination de Zélie pour peindre, puis faire sécher.

20160121_172330

b. repasser au marqueur noir les contours du masque et des yeux (c’est juste une option « pour faire beau »)

c. demander à Zélie de coller des gommettes sur le masque. (ça c’est acquis, le plus dur c’est de lui enlever la boite de gommettes des mains…)

20160121_180112

d. étaler la colle sur un côté du masque et demander à Zélie de mettre les plumes sur la colle. Faire sécher le tout.

e. avec une agrafeuse, fixer l’élastique sur les côtés du masque. Protéger les agrafes avec du masking-tape pour éviter que Zélie ne se griffe avec ou qu’elle les enlève.

20160121_180252

Et voilà le résultat !!!

20160121_190009

2. Le carnaval de Rio. 

le carnaval de Rio puise ses origines en Afrique. Le premier carnaval a lieu au 19° siècle avec des défilés de groupes qui dansent et qui jouent de la musique. Ce sont les ancêtres des écoles de samba modernes. Mais on y dansait la polka et la valse. La samba a été introduite au début des années 1900 et aujourd’hui le carnaval de Rio est un défilé des écoles de samba. La musique et la danse sont donc les composantes principales de ce carnaval.

Afin de représenter le Carnaval de Rio, nous avons réalisé quelques instruments de musique.

Pour commencer, j’ai mis la patience de Zélie à rude épreuve en réalisant avec elle un bracelet pour son poignet ou sa cheville.

Matériel : 

– de grosses perles en bois

– des grelots

– un élastique.

a. demander à Zélie d’enfiler sur l’élastique tour à tour une perle en bois et un grelot. J’ai dû l’aider pour le grelot qui était beaucoup plus délicat à enfiler, mais pour les perles, malgré son impatience, je l’ai laissée faire.

b. une fois la longueur souhaitée atteinte (heureusement qu’elle a un petit poignet, la pauvre !), faire un quadruple noeud.

Et voilà le résultat !

20160121_180810

puis nous avons fait une maracas.

Matériel : 

– 2 pots de petit-suisse

– peinture aérosol

– gommettes

– riz

– glue et masking tape

a. peindre à la peinture aérosol les deux pots (propres bien entendu !)

b. demander à Zélie de coller des gommettes sur les côtés.

20160121_173820

c. demander à Zélie de remplir l’un des deux pots avec du riz : au passage c’est une petite activité parfaite pour développer la motricité fine. Les premières cuillères se sont retrouvées sur la table, mais elle a vite compris le geste à effectuer.

20160121_174442

d. assembler les deux pots en les fixant avec la glue au niveau des ouvertures. Ajouter du masking tape pour consolider le tout

Et voilà le résultat !

20160121_180823

Enfin on a réalisé un tambour.

matériel : 

– une boite de conserve vide et propre (moi j’ai utilisé une boite de lait)

– de la peinture aérosol

– des gommettes

– ficelle

– des baguettes

a. bomber la boite avec la peinture aérosol

20160122_103926

b. demander à Zélie de coller des gommettes sur le pourtour et le dessous de la boite. Alors oui, en ce moment, on fait beaauuuuuuucoup de gommettes, mais c’est vraiment l’activité qui plait à Zélie. Du coup, je ne veux pas la freiner dans son élan et je la laisse choisir ce qu’elle souhaite utiliser comme décoration 🙂

c. avec une perceuse réaliser 2 petits trous de part et d’autre de la boite, sur le côté, mais dans le bas. Passer la ficelle et faire un noeud de chaque côté de manière à ce que les noeuds se retrouvent à l’intérieur de la boite.

d. je n’ai pas réalisé de baguettes, mais nous avons utilisées celles du xylophone.

Et voilà le résultat !

20160201_065305[1]

3. le Carnaval de Dunkerque. 

Ce n’est pas le plus connu, mais je suis un peu chauvine et le carnaval de Dunkerque c’est quand même un patrimoine de ma belle région !

L’origine du carnaval de Dunkerque remonte au 17° siècle lorsque les armateurs organisaient une fête et un bon repas à leurs pêcheurs qui partaient pour 6 mois en mer.

Aujourd’hui on distingue 2 choses :

– la bande : les carnavaleux défilent dans les rues derrière la clique (les groupes musicaux) le défilé se fait en lignes c’est-à-dire que les carnavaleux se tiennent par les coudes de part et d’autres de la rue. Les premières lignes sont chargées de retenir la foule pendant que les autres lignes poussent.

– les bals. Ils ont lieu la nuit dans les salles municipales de Dunkerque et des villes alentours, au son des musiques folkloriques du carnaval et contemporaines. Les bals se font au profit d’associations. Le plus connu est le bal du Chat noir qui marque le début du Carnaval. Cette année il a eu lieu le samedi 16 janvier.

Outre les costumes pleins de couleurs, c’est le parapluie qui caractérise le carnaval de Dunkerque. La légende dit que les carnavaleux ont voulu se moquer des paysans qui venaient au carnaval avec des parapluies. Aujourd’hui, toutes les associations de carnaval possèdent leurs propres couleurs de parapluies.

Avec Zélie on a réalisé : un parapluie !!! Pour ce faire je me suis librement inspirée du joli parapluie des Humeurs Créatives

Matériel : 

– feuille cartonnée noire

– masking tape

– peinture + éponges + pinceaux

– ciseaux

– bâton de récup (ici le bâton qu’on trouve au bout des ballons dans les fast-food)

a. dans la feuille cartonnée noire, dessiner et découper un cercle.

b. fixer la feuille avec le masking tape en réalisant une étoile, comme si on voulait couper le cercle en 6 parts égales.

20160122_152342

c. demander à Zélie de peindre à l’éponge sur le cercle, en ne tenant pas compte du masking tape. Elle a choisi le bleu. Puis, lorsque c’est sec, prendre une deuxième couleur, ici le jaune, et peindre au pinceau. Enfin, quand c’est sec, utiliser une dernière couleur, le rouge, et peindre avec les doigts. Enlever le masking tape

20160122_164152

20160122_172823

d. quand tout est sec, découper droit, les bords du cercle entre les traits laissés par le masking tape.

e. dans chaque « branche noire », découper des fentes de quelques centimètres perpendiculairement au bord (environ aux deux tiers) puis coller ensemble les deux pointes de chaque fente.

f. couper un bon morceau dans le bâton et le fixer à la colle à l’intérieur et au milieu du parapluie.

Et voilà le résultat !

20160201_065217[1]

Pour clore toutes ces réalisations autour du Carnaval, nous avons réalisé une nouvelle page pour le classeur de comptines avec la chanson d’Arlequin.

Vous connaissez Arlequin ? c’est un personnage très important dans la commedia dell’arte. il a un masque noir, un bicorne noir aussi et un costume réalisé de triangles multicolores.

Moi je connaissais surtout cette histoire.

Il était une fois, dans la ville de Bergame, en Italie (un pays tout près de la France), un petit garçon très pauvre qui s’appelait Arlequin. C’était le moment du carnaval. La maîtresse avait demandé à chaque enfant d’arriver déguisé. Quelle excitation dans les maisons ! Chacun gardait le secret, ne dévoilant le moindre détail sur le costume qu’il allait porter. Au fil des jours, l’agitation gagnait toute la classe. Mais en même temps, la mine d’Arlequin s’assombrissait. N’était-il pas heureux du bal costumé prévu pour bientôt ? Quand on le questionnait pour comprendre sa tristesse, aucune réponse ne sortait de ses lèvres pincées. Ses yeux se remplissaient de larmes. Un matin, sur le chemin de l’école, il avoua à son ami que sa famille était trop pauvre et que sa mère n’avait pas le moindre bout d’étoffe pour réaliser un déguisement pour son enfant. L’ami ne dit rien mais réfléchit. Et, dans la cour de l’école, ce matin-là, que se passa-t-il ? On put voir un groupe d’enfants qui s’agitaient, chuchotaient avant de regagner la classe. Pendant toute la nuit, on les vit aller d’une maison à une autre. Longtemps, leurs maisons restèrent éclairées. Le lendemain était le jour de la fête. Arlequin était toujours aussi malheureux. Mais ses camarades l’entourèrent alors et lui remirent un joli paquet qui contenait… un magnifique costume ! Chacun avait pu fournir un ou plusieurs morceaux de tissu, de couleurs différentes, et l’une des mères, pendant la nuit, avait réalisé ce costume magnifique qui était là, sous les yeux émerveillés d’Arlequin. Son costume était fait de triangles bleus, verts et rouges, bordés d’un galon jaune. Comme Arlequin était heureux ! Comme il remercia ses amis pour leur solidarité ! Comme la fête fut belle !

D’un côté j’ai écrit la comptine avec plein de couleurs, pour rappeler le costume d’Arlequin. De l’autre côté de la feuille, j’ai dessiné la silhouette d’Arlequin avec des membres et un corps filiformes. J’ai donné une consigne assez simple à Zélie : coller les gommettes carrées sur les traits des bras, des jambes et du corps du personnage. Je me suis demandée si la consigne allait être respectée, je n’avais encore jamais eu l’occasion de donner des « directives » à Zélie lors de ses créations. De plus, allait-elle comprendre la notion de « dessus » ? Mes doutes ont vite été balayés : elle a parfaitement compris le jeu et a collé avec patience et une grande minutie chaque gommette sur les traits (ou sur les autres gommettes ^^)

Et voilà le résultat !

DSC_0649

J’aurais bien aimé vous présenter une dernière « oeuvre d’art » pour ce rendez-vous, puisque je suis déjà en pleine réflexion du costume de Zélie pour le carnaval de la Crèche. Malheureusement je n’ai pas encore reçu l’ensemble du tissu dont j’ai besoin, ce sera alors l’occasion de faire un nouvel article !!!

Et chez vous on fête comment Carnaval ?

un petit nid douillet pour l’oiseau !

Par défaut

Papou et Manou (mes parents) ont la chance d’habiter dans une ferme puisqu’ils sont agriculteurs.

Alors régulièrement, on va voir les vaches et les poules !

Ce samedi on n’a pas dérogé à la règle et Zélie et moi sommes allées dire bonjour à tous les animaux. Dans le hangar, entre la visite aux veaux, aux génisses, aux vaches et aux chats, un oiseau a pris peur et s’est mis à s’affoler dans le haut du  bâtiment en bois.

Zélie a été surprise. On a cherché son nid, mais on ne l’a pas trouvé. Alors pour que l’oiseau n’ait pas froid, on lui a fabriqué un nid !

Matériel dont on a eu besoin : 

– une feuille cartonnée

– un support rond en bois

– de la paille (nous nous sommes servies directement à la source, dans le hangar de Papou)

– de la gouache

– des plumes

– un oeil mobile

– des éponges pour peindre

– de la colle

– un pinceau pour la colle

Première étape : peindre l’oiseau. 

Pendant la sieste de Zélie, j’ai dessiné puis découpé une silhouette d’oiseau sur la feuille cartonnée.

20160116_163412

Après avoir équipé Zélie (avec un tablier) et la table (avec une nappe), on s’est attaquée à la peinture. Pour cela j’ai donné à Zélie une éponge pour peindre. Elle n’en avait jamais utilisé c’était une grande première et elle a apprécié. Pour l’oiseau, j’ai choisi deux couleurs : du rouge et du rose. j’ai déposé quelques « crottes » de peinture sur l’oiseau et Zélie s’est empressée de l’étaler sur l’ensemble de la forme, d’abord avec les doigts puis avec l’éponge

20160116_170408

20160116_170617

Lorsque l’oiseau est suffisamment coloré, hop un petit tour sur le radiateur pour sécher plus vite.

Etape 2 : peindre le support. 

J’ai choisi pour le support un rond en médium, mais un morceau de carton fait tout aussi bien l’affaire (il se trouve que je n’avais pas de carton sous la main, mais que j’avais ce rond en médium !!)

Re-belote, Zélie s’est emparée de ses outils et c’est parti pour une deuxième séance de peinture. Zélie a peint le support en vert et en jaune.

20160116_170032

20160116_170237

une fois la peinture du support terminée, il est allé rejoindre l’oiseau sur le radiateur.

*** PAUSE GOUTER PENDANT LE SECHAGE ***

Etape 3 : coller les plumes sur l’oiseau

Après les éponges, encore une nouveauté pour Zélie : la colle.

Pour cette première fois, je me suis chargée d’étaler la colle. Zélie a eu la mission de mettre les plumes là où j’avais mis de la colle. Elle n’a pas semblé impressionnée par la colle, et elle qui n’aime pas avoir les mains sales, ne s’est pas plainte d’en avoir sur les doigts. Tant mieux.

20160116_172633

J’ai utilisé de la colle vinylique tous supports et si j’étais sceptique quand à la tenue des plumes, mes soupçons ont vite été évaporés, ça tient nickel.

Etape 4 : réaliser le nid

J’ai collé l’oeil mobile puis l’oiseau sur le support en bois, et dessous, j’ai de nouveau étalé la colle et Zélie a mis la paille. Au début, elle prenait un brin à la fois, mais son impatience a vite eu raison d’elle et elle a terminé par des poignées de paille.

20160116_172952

Encore un stage sur le radiateur pour laisser à la colle de faire son travail et …

TADAAM !!!

20160117_100440

Le petit oiseau a enfin un nid bien douillet pour ne pas avoir froid cet hiver !!

*** BONUS ***

Pendant le séchage de la colle, Zélie a réclamé pour faire de la peinture. Alors j’ai sorti un châssis que j’avais préalablement peint en noir il y a quelques temps, des pipettes et de la peinture évidemment.

Dans la palette j’ai dilué la peinture avec de l’eau. Puis, avec la pipette, Zélie a fait des tâches colorées sur le châssis noir.

Il a fallu maîtriser le geste, mais ça n’a pas été un souci pour la demoiselle.

Et voilà le résultat :

20160117_100448

Une peinture toute simple mais qui fait beaucoup d’effet. Zélie a beaucoup aimé projeter la peinture sur le châssis.

Une petite après-midi placée sous le signe de la créativité, Zélie apprécie de plus en plus créer. Elle a ses techniques chouchous : les tampons qu’elle a découvert il y a 2 semaines et évidemment les gommettes, mais est toujours très heureuse lorsqu’elle peut dessiner au feutre, au crayon ou à la peinture.

Je pense que vous verrez de plus en plus ses jolies créations sur le blog !

Je vous souhaite un bon dimanche 🙂

Le classeur des comptines #1 Le grand cerf et la famille tortue

Par défaut

Hier soir, en rentrant de la crèche, Zélie était un peu pot de colle. Elle ne voulait pas jouer seule, alors j’ai dégainé une activité que j’avais commencé à préparer afin de l’occuper.

En effet, ça fait quelques temps que je pense à créer un petit classeur avec les comptines qu’elle connait et qu’elle apprécie. Mes balades sur Pinterest et Le Pays des Merveilles on achevé de me convaincre d’autant plus que depuis quelques jours, Zélie se met à chanter ses comptines préférées et c’est trop mignon !

20160106_183511

Je me suis donc lancée dans la préparation de deux comptines qu’elle aime beaucoup : « dans sa maison un grand cerf » et « la famille tortue ».

Le grand cerf est une comptine gestuelle que tout le monde ou presque connait. Zélie me laisse la chanter et fait spontanément les mouvements qui correspondent aux paroles.

Dans « la Famille Tortue », ce qui lui plait, ce sont les bruitages pour remplacer certains mots.

20160106_191200

J’ai donc imprimé les comptines, et j’ai cherché sur internet de jolis dessins qui les représentent : une jolie tête de cerf et une famille tortue qui se balade.

L’installation du matériel a été très rapide : une nappe pour protéger la table, un tablier pour protéger les fringues, et un peu de matériel. On a commencé par « la famille Tortue ». J’ai proposé à Zélie les feutres et crayons ou la peinture en sachant qu’elle porterait son choix sur la peinture… je ne me suis pas trompée, elle adooooooooore la peinture !!! un peu de couleur dans chaque pétale de la palette et la voilà partie pour peindre avec ses doigts, son matériel préféré !!

20160106_183527

Lorsqu’elle a eu fini de peindre sa famille tortue, on s’est attaquée à la tête de cerf. je lui ai proposé de la peinture marron et une éponge. ça l’a moins emballée, elle l’a utilisée un peu pour me faire plaisir et a réclamé les gommettes (sa passion).

20160106_185301

Pendant ce temps, j’ai découpé les comptines.

La peinture a séché sur le radiateur,

DSC_0626

Zélie a continué de dessiner avec son papa, puis j’ai collé les comptines sur les peintures et …

TADAAM !!!

DSC_0628

En voilà une chouette activité ! Etant donné que j’ai tout installé sur le pouce, j’ai certainement pas choisi le meilleur matériel pour ce premier essai, mais qu’importe, Zélie était enchantée. Cela l’a occupée une bonne demi-heure ce qui me semble pas mal pour une demoiselle de 20 mois !

Il ne me reste plus qu’à acheter un porte vues pour ranger les comptines et bien sûr à ajouter les petites chansons préférées de Zélie au fil du temps !

Et chez vous, on chante quelles comptines ?