Un manteau pour attaquer le printemps

Par défaut
Un manteau pour attaquer le printemps

Zélie a bien grandi cet hiver. Tous les vêtements en taille 2 ans sont devenus trop petits et le manteau ne déroge pas à la règle.

J’ai alors pris mon courage à deux mains et je lui ai cousu un joli petit manteau de mi-saison.

DSC_0225a

J’ai choisi de suivre le patron et le tutoriel du modèle AGATHA que j’ai acheté chez Papillons et Mandarine.

Comme on habite dans le Nord et qu’au Printemps le fond de l’air est froid (comme disent les vieux ^^), j’ai décidé de prendre un tissu assez chaud : de la laine bouillie couleur camel. Et pour réhausser le modèle, j’ai utilisé un joli coton de chez Mondial Tissus que vous avez déjà pu apercevoir ici. Il m’a tellement tapé dans l’oeil que j’en ai acheté 5 mètres !!! Vous allez donc le voir souvent dans mes prochaines cousettes !!!

DSC_0229

Niveau accessoires, du biais bleu et des boutons à recouvrir (avec le fameux tissu) de chez Toto.

DSC_0355

C’est un modèle qui est assez facile à réaliser. Je n’ai rencontré qu’une difficulté : la pose du biais. Il n’y a rien à faire, je ne m’en sors jamais avec le biais. C’est fait pour être posé dans les angles et les arrondis, et le mien il n’est beau que dans les lignes droites !!! Va falloir que je prenne des cours de pose de biais !!!

D’avoir utilisé le coton à motifs par touches sur l’extérieur du manteau je trouve que ça lui donne un peu plus de peps !!! Les boutons à recouvrir sont super pratiques pour ça d’ailleurs. Au moins, j’ai des boutons uniques !!!  (c’est juste hyper relou à réaliser !)

Ce manteau a plein de petits détails qui lui donnent beaucoup d’allure : la martingale devant, la martingale derrière, les plis, les revers des manches , le petit col … Cela permet une multitude de possibilités et des réalisations toutes uniques !

DSC_0356 DSC_0357 DSC_0235

Enfin, je suis fan de la coupe du manteau. Il va nickel à Zélie. Le bas évasé est pratique et lui permet de courir partout sans être gênée. Les petites poches intérieures dans la couture sont parfaitement inutiles sur un manteau pour un bébé de deux ans, mais la demoiselle adore mettre les mains dans ses poches et ça lui donne un style à croquer !!!

DSC_0227a

Bref, je suis conquise par ce modèle et je sens que j’en referai d’autres !!!

Nos activités pour Pâques #3 : Le lapin de Pâques

Par défaut
Nos activités pour Pâques #3 : Le lapin de Pâques

Quand les nouvelles technologies nous jouent des tours, cela m’oblige à prendre des photos avec mon téléphone (merci la batterie de l’appareil photo qui me lâche au mauvais moment) et à publier mon article aujourd’hui au lieu d’hier (merci l’ordinateur capricieux).

Alors d’avance, désolée pour la piètre qualité des photos aujourd’hui !

On continue nos activités de Pâques avec cette fois-ci la réalisation d’un lapin, autre animal emblématique de cette fête.

C’est une activité toute simple à réaliser avec un petit morpion à couettes de presque deux ans que j’ai aperçu au Pays des Merveilles il y a quelques jours.

Pour la réaliser, voici donc la liste du matériel dont vous aurez besoin :

– une feuille type canson

– du coton

– une photo du visage du morpion à couettes

– posca et peinture rose, ciseaux, colle, ficelle et scotch

Etape 1 : Après avoir imprimé la photo du visage de Zélie, j’ai dessiné et découpé sur la feuille de canson un gabarit tout simple de lapin. Puis, j’ai collé le visage de Zélie et coloré les oreilles du lapin avec le posca rose.

20160325_103452 20160325_103637

Pendant ce temps, j’ai proposé à Zélie de faire de petites boulettes de coton, chose qu’elle a évidemment accepté. Elle adore toucher le coton : c’est tout doux, ça chatouille le nez quand les petits morceaux volent, ça s’accroche sur les vêtements, les doigts, les cheveux, ça s’arrache facilement … bref, le coton est un matériau génial pour les activités avec les enfants.

20160325_103802

Etape 2 : nous avons collé les boules de coton sur le lapin, en prenant garde à ne recouvrir ni le visage, ni le rose des oreilles. Si au début, comme à mon habitude, je me suis réservée la colle en laissant Zélie poser les morceaux de coton, devant son insistance, je lui ai laissé le pinceau. Je lui ai bien expliqué où mettre la colle et à ma grande surprise, elle a respecté les consignes, et a étalé la colle de manière délicate (!) sur l’ensemble du lapin.

20160325_103954 20160325_103922 20160325_104213

Je sais que j’aurais du lui laisser l’occasion de manipuler la colle bien plus tôt. Après tout, il n’y a aucun risque… Mais à mon avis, j’étais plus tournée vers les dégâts que cela pouvait causer, mais sont-ils si graves ? est-ce important si la colle coule ? si elle en met trop ? si elle oublie des espaces ? Alors oui, forcément, l’oeuvre d’art (oui oui) risque de ne pas ressembler à celle que j’ai en tête, mais finalement, dans la tête de Zélie, le résultat n’est pas le plus important, mais plutôt le processus pour y arriver.

J’ai compris ça il n’y a pas très longtemps, que ce soit dans nos activités créatives ou alors dans les jeux de Zélie. Ce qui l’intéresse actuellement c’est de manipuler. Maintenant, que je l’ai compris je pense que je vais lui laisser beaucoup plus de liberté dans la réalisation de nos activités.

20160325_104944

Etape 3 : Avec la peinture rose, nous avons réalisé l’empreinte des deux pieds de Zélie. C’est une technique qu’elle adore parce que ça la chatouille énormément ! et puis la peinture corporelle c’est son dada en ce moment. A plus elle en a partout, au plus elle est heureuse !

20160325_105338 20160325_105809

Etape 4 : après quelques minutes devant le radiateur pour sécher, j’ai découpé autour des empreintes et je les ai collées par dessus le coton. Enfin, j’ai fixé un morceau de ficelle à l’arrière du lapin et il a eu la chance de rejoindre la poule sur la fenêtre (et l’attrape soleil qui a perdu ses couleurs).

DSC_0246

Et voilà le travail !

DSC_0247

Qu’en pensez-vous ?

Nos activités pour Pâques #2 : la poule et ses oeufs

Par défaut

Pour cette deuxième activité, on a encore réalisé une poule !!!

Mais contrairement à celle d’hier, notre poule du jour est moins salissante et moins longue à réaliser !

Matériel : 

DSC_0250

Un gabarit de poule dans du papier canson (rouge pour nous)

4 oeufs découpés dans du papier canson coloré

des gommettes

des plumes

du papier autocollant

de la ficelle

ciseau, crayon, posca noir

Etape 1 : dessiner (ou imprimer) les gabarits de poule et d’oeufs sur les différents papiers colorés

Pour la poule, évider le centre. Sur l’une des faces de la poule, coller du papier autocollant, de manière à recouvrir entièrement le trou

Etape 2 : Zélie a collé des gommettes sur les deux faces de chaque oeufs. J’ai choisi de lui donner de toutes petites gommettes et cela lui a bien permis de travailler sa motricité fine. Elle s’en est très bien sortie 🙂

DSC_0251 DSC_0252 DSC_0253 DSC_0259

Etape 3 : Zélie a ensuite déposé sur la face autocollante les plumes de la poule.

DSC_0254 DSC_0255 DSC_0258

Etape 4 : à mon tour maintenant !! sur le haut de chaque oeuf j’ai fait 4 petits trous, ainsi que quatre autres trous dans le bas de la poule. J’ai ensuite accroché une ficelle afin de relier chaque oeuf aux trous du bas de la poule. Enfin un dernier trou sur le haut de la poule m’a permis de passer une dernière ficelle pour accrocher la poule.

DSC_0262 DSC_0263 DSC_0264 DSC_0265 DSC_0266

Et voilà le travail !!!

DSC_0261

La réalisation de cette poule est beaucoup plus adaptée aux petits enfants, par rapport à celle d’hier !

Demain, on vous présentera notre nouvel ami le lapin !

Nos activités pour Pâques #1 : la poule en papier mâché

Par défaut
Nos activités pour Pâques #1 : la poule en papier mâché

Cette semaine c’est la dernière ligne droite avant Pâques. C’est aussi une semaine de congés pour Zélie et moi, alors on profite d’avoir du temps pour bricoler quelques activités pour la fête des cloches !

Aujourd’hui, voici donc la poule en papier mâché.

Si l’activité semble simple de prime abord, sachez que ça prend beauuuuuuuucoup de temps !!! Entre le début de l’activité et la photo finale se sont écoulés 5 jours !

Jour 1 : fabrication de la colle maison et collage du papier journal sur le ballon de baudruche

DSC_0228

Pour cela il suffit de mélanger dans une casserole 4 cuillères à soupe de farine, 2 cuillères à soupe de sucre et un grand verre d’eau. Après, la technique est la même que la béchamel. On met sur le feu et on touille jusqu’à ce que la texture s’épaississe.

Une fois que c’est fait, vous pouvez la mettre en pot. Cette colle se conserve quelques jours au frigo et si la texture vous semble bien trop épaisse, n’hésitez pas à rajouter de l’eau dans le pot et de secouer très énergiquement pour tout mélanger.

DSC_0225

Quand votre colle est prête, c’est le moment de mettre à contribution l’enfant pour arracher le journal en gros morceaux. En général c’est une activité qui plait beaucoup. Pour recouvrir de plusieurs couches notre ballon, nous avons utilisé la moitié du journal (Notez qu’on reste dans le thème entre le journal et l’animal qui sera réalisé ^^)

DSC_0226 DSC_0227

Quand les morceaux de journal sont prêts, c’est là que le plus rigolo intervient. On va donc coller les morceaux sur le ballon de baudruche à l’aide de la colle que nous venons de réaliser.

Bon, je vous préviens tout de suite, il ne faut pas avoir peur de se salir les mains (et les vêtements, et la table …) Nous on a mis toutes les chances de notre côté : un tablier pour Zélie et une nappe sur la table !!!

Pour la première couche, il faut d’abord encoller le ballon, puis poser un bout de journal et repasser la colle dessus. Il ne faut pas hésiter à mettre la dose histoire que tout colle bien ensemble. Par la suite, on continue à superposer le papier jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

DSC_0230 DSC_0231

C’est à ce moment là que je vous préviens qu’il ne faut pas commencer cette activité à 19 heures avec vos enfants car coller le papier sur le ballon est long … très long !!!

Zélie a tenu une bonne demi-heure à me donner un coup de main. Puis elle en a eu marre la pauvre. J’ai donc continué seule. Puis c’était l’heure de manger et ensuite de coucher Zélie. Au final j’ai terminé tard dans la soirée, je pense que ça m’a pris environ 3 heures, mis bout à bout.

Après il a fallu trouver un moyen de faire sécher le ballon. J’ai fait le tour de la maison plusieurs fois, et la solution qui m’a semblé la plus « pratique » est d’accrocher un morceau de laine sur l’un des barreau du palier et de faire sécher le ballon dans la montée d’escalier.

DSC_0232

Le papa de Zélie n’a pas du tout trouvé ça pratique. Il s’est cogné au moins une demi-douzaine de fois dans le ballon (plus ou moins sec ^^)

Jours 2 et 3 : Séchage du ballon 

Jour 4 : peinture sur le ballon. 

Deuxième étape très salissante. On a choisi le body le plus moche de l’armoire, étalé la nappe par terre, préparé la peinture rouge et les pinceaux et c’est parti pour une session peinture très … corporelle !!!

DSC_0235 DSC_0239 DSC_0242

J’ai choisi d’utiliser la gouache étant donné que c’est moins nocif pour Zélie, mais l’acrylique a un meilleur pouvoir couvrant.

L’activité peinture a un peu dégénéré à un moment, et ça s’est terminé comme ça !!!

DSC_0249 DSC_0248

Pendant que Papa a eu la lourde tâche de nettoyer sa fille, j’ai tout rangé, lavé et le ballon est retourné sécher à sa place de prédilection

DSC_0244

Jour 5 : deuxième, troisième et quatrième couche de peinture

Jour 6 : décoration du ballon 

une fois que la peinture est bien sèche, c’est parti pour la décoration. Zélie a collé de grosses gommettes rondes sur l’ensemble du ballon. C’est toujours une activité qui a la côte, les gommettes !!!

DSC_0269 DSC_0270

Ensuite, dans du papier canson rouge, j’ai découpé la crête, les pattes et le barbillon (le truc qui pend sous le bec) et dans du canson jaune, le bec et les ailes.

J’ai tout collé sur le ballon ainsi que deux gros yeux mobiles, les pattes étant reliées au reste du corps avec de la ficelle.

DSC_0274 DSC_0272 DSC_0273

Et voilà le travail !!

DSC_0275

Bilan du papier mâché : c’est vachement rigolo à faire mais absolument pas adapté à mon petit morpion de presque deux ans.

Demain on se retrouve avec une autre poule, mais moins longue et surtout moins salissante !!!

l’arbre du printemps

Par défaut

Ce dimanche, on fête l’arrivée du Printemps.

Même si l’hiver n’a pas vraiment pointé le bout de son nez (2 fois 3 cm de neige qui n’ont tenu que quelques heures, on ne peut pas appeler ça un hiver !), je suis heureuse de sentir que les températures remontent doucement, je suis heureuse de voir que les animaux sortent de leurs terriers, que les fleurs sortent de terre ou colorent les arbres.

Comme toutes les autres saison, j’adore le printemps. J’aime le renouveau, les gens beaucoup plus souriants au contact des rayons du soleil, la nature qui renaît, les oiseaux qui chantent, les jours qui rallongent …

Alors pour fêter l’arrivée du printemps, Zélie a créé un joli arbre en fleurs.

Matériel utilisé :

DSC_0252

– peinture rouge, verte et bleue

– colle et colorant : maintenant je mets un peu de colorant dans la colle afin que Zélie sache où la colle a été étalée. La colle blanche sur les feuilles blanches c’était un peu compliqué.

– une feuille de canson blanche

– deux feuilles de papier de soie

– pinceau, éponge et palettes

On a commencé par peindre l’ensemble de la feuille blanche avec des éponges. Zélie a utilisé du bleu et du vert. La technique du « tapotage » est bien maîtrisée, et quand elle estime qu’il n’y a plus de place sur la feuille, elle décore ensuite la nappe !

DSC_0257 DSC_0254 DSC_0260 DSC_0261 DSC_0265

Quand la peinture eut fini de sécher, on s’est attaquée au tronc et aux branches de l’arbre. Nous n’avons toujours pas de peinture marron à la maison alors on a mélangé du rouge et du vert. j’ai ensuite étalé la peinture sur la main et l’avant bras de Zélie (ça katouille Maman !) et hop, on a fait l’empreinte de tout ce petit monde sur la feuille.

DSC_0298 DSC_0299 DSC_0300 DSC_0301

Puis, pour faire les fleurs, Zélie a utilisé une technique qu’elle connaissait déjà pour l’avoir faite il y a quelques semaines à l’occasion du cadeau de Saint Valentin pour son Papa : des boules de papier de soie chiffonnées.

J’ai donc arraché deux feuilles de papier de soie : une rose et une rouge puis Zélie s’est chargée d’en faire de petites boulettes.

DSC_0306 DSC_0307

Ensuite, je posais de petites gouttes de colle sur le dessin et Zélie y mettait par dessus une boulette de papier.

DSC_0310 DSC_0311 DSC_0313

Et voilà le travail !

DSC_0319

Un bel arbre en fleurs pour fêter l’arrivée du printemps !

Les p’tites recettes #4 : Notre recette de pâte à tartiner fétiche

Par défaut

J’adore cuisiner ! C’est un fait.

Je crois que j’adore cuisiner, parce que j’adore manger !

Mais si j’adore manger, je préfère encore plus savoir ce que j’ai dans mon assiette. Le Nutella par exemple. C’est vrai que c’est vachement bon. Mais c’est plein de cochonneries. Mais c’est vachement bon. Et puis je ne peux pas priver le Papa de Zélie de toutes les cochonneries de la Terre, alors j’ai mis ma blouse d’apprentie chimiste et j’ai cherché la recette qui mettrait tout le monde d’accord.

Aujourd’hui, je vous présente donc ma recette préférée.

C’est une recette de pâte à tartiner au chocolat. Pour le petit-déjeuner. Mais aussi pour le goûter. Parce qu’on est des gourmands à la maison.

C’est ma recette préférée, parce qu’il n’y a pas beaucoup d’ingrédients à utiliser. 3 pour tout vous dire.

Et aussi parce qu’elle est rapide à faire. et donc on peut la consommer encore plus vite.

Allez j’arrête de vous faire saliver, voici donc ma recette de pâte à tartiner au chocolat.

Ingrédients

DSC_0225

– une boite de lait concentré sucré

– 200 grammes de chocolat dessert (celui que vous voulez, moi j’ai utilisé les restes)

– 2 bonnes cuillères à soupe de purée de noisettes.

Je vous l’avais dit. Juste 3 ingrédients (enfin 4 si on compte la cuillère d’eau)

Etape 1 : Casser les carrés de chocolat dans un plat allant au micro-ondes et ajouter une cuillère d’eau. Faire fondre le chocolat environ 1mn30 (vous pouvez aussi le faire fondre au bain-marie, mais c’est plus long)

DSC_0226 DSC_0228

Etape 2 : une fois qu’il est tout bien fondu et que le Morpion a goûté la préparation (on sait jamais hein), ajouter le lait concentré sucré et les deux cuillères de purée de noisettes dans le plat.

DSC_0230

Etape 3 : bien mélanger

DSC_0232

Etape 4 : mettre en pots. Avec la quantité de pâte, je remplis l’équivalent de deux pots de confiture. Puis, avec les enfants, procéder au prélavage de l’ensemble du matériel !!!

DSC_0234

Et voilà !!!

Alors vous pouvez aussi utiliser d’autres chocolats. Au chocolat blanc ça doit être pas mal aussi, ou en ajoutant du caramel. On peut aussi ajouter des épices : de la cannelle par exemple.

Et si vous n’avez pas de purée de noisettes à portée de main, vous pouvez la remplacer par de la poudre de noisettes. L’inconvénient c’est que la texture n’est pas totalement lisse (ça gênait Monsieur, d’où la purée de noisettes), mais c’est bon quand même !

Allez, bon appétit !

Une activité qui sent bon les épices

Par défaut
Une activité qui sent bon les épices

Il y a quelques jours, une amie a partagé sur les réseaux sociaux des idées de réalisation à la pâte à sel sur la thématique des super-héros.

L’activité me tentait bien, mais j’avais une autre idée en tête, que les super-héros.

Quand j’étais petite, la pâte à sel, c’était le must du must quand on faisait des activités à la maison. Ma mère en faisait plein, plein, plein (on est une famille nombreuse^^) et soit elle nous proposait des modèles, soit on faisait marcher notre imagination. Après un séjour au four, on pouvait les peindre et on passait de chouettes après-midis.

Je n’avais pas encore fait de pâte à sel pour Zélie qui pourtant apprécie énormément la pâte à modeler.

Pour cette première fois, j’ai choisi de proposer à Zélie de la pâte à sel aux épices pour plusieurs raisons : les épices sont des colorants naturels, et puis ça sent bon dans la maison pendant la préparation, pendant la patouille, pendant la cuisson et encore pendant quelques heures !!

Pour réaliser de la pâte à sel, la recette est simple et certainement connue de tout le monde, mais ça va toujours mieux en le disant.

Matériel : 

DSC_0236

– 1 mesure de sel

– 2 mesures de farine

– 1 mesure d’eau

– des épices. Ici on a utilisé du paprika, de la cannelle et du curry.

Etape 1 : Mélanger la farine, le sel et l’eau à la main jusqu’à l’obtention d’une boule de pâte.

DSC_0237

Etape 2 : diviser le pâton en 3 petites boules. (parce que j’ai utilisé 3 épices…). Pour chaque boule, ajouter les épices et malaxer afin que toute la pâte prenne la couleur. Plus vous mettrez d’épices, plus la couleur sera soutenue.

DSC_0238 DSC_0239

J’ai donné à Zélie les trois boules de pâte, les emporte-pièces de la pâte à modeler ainsi que des bâtons de cannelle. Elle a ainsi joué pendant un bon moment.

On a fait des formes, des petites boules. On a arraché la pâte, mélangé les couleurs.

DSC_0250 DSC_0240 DSC_0248

On a senti nos mains au moins 30 fois tellement c’est agréable.

Finalement on a réalisé ceci :

DSC_0251

Après quelques minutes au four, les petites formes sont ressorties cuites et bien dures. Les empreintes de main, plus épaisses vont terminer de sécher encore quelques jours sur le radiateur et serviront à une autre activité prochainement.

Dans une coupelle, j’ai disposé toutes les petites formes en pâte à sel ainsi que d’autres éléments plus ou moins « naturels » : des bâtons de cannelle, des clous de girofle, des étoiles en bois, des petits animaux en feutrine …

Puis, sur un cercle en bois, j’ai collé une bougie chauffe-plat.

Je ne suis pas encore vraiment prête à laisser Zélie manipuler la colle (à tort certainement ?!?) alors, je lui ai proposé de me donner quelques éléments et je me chargerai de les coller sur le support.

Elle a choisi une forme de chaque couleur de pâte à sel, ainsi que 2 animaux en feutrine et une étoile. Bon si je l’avais écoutée on aurait tout fixé, mais le support était décidément trop petit.

Voici donc notre petite réalisation à quatre mains :

DSC_0314 DSC_0317 DSC_0315

Un joli bougeoir pour fêter la fin de l’hiver !!!

Et que sont devenus les autres formes en pâte à sel ? Les empreintes de la main de Zélie ont été sauvées du désastre, mais le reste a fini en petits morceaux ! Apparemment c’était assez fun de les casser !

et chez vous on fait quoi avec la pâte à sel ?