Archives de Catégorie: au quotidien

la chenille des couleurs

Par défaut
la chenille des couleurs

Depuis quelques temps, Zélie s’intéresse aux couleurs (et aux formes). Elle nous demande régulièrement « quelle couleur ça ? » . Et lorsque nous la renseignons, elle répète après nous, parfois maladroitement, ce qui a le mérite de nous faire sourire !

Elle reconnait deux couleurs pour le moment : le bleu et le noir. Pour le reste, elle voit la vie en rouge ou en vert lorsqu’à notre tour, nous lui demandons de quelle couleur est tel ou tel objet.

Zélie aime beaucoup ranger les objets par couleur. ça tombe bien, nous avons un lot de vaisselle en plastique IKEA qui nous sert de dînette/vaisselle de pic-nic :

Alors, on étale les six assiettes et dans chacune d’entre elles, elle pose le bol, le verre et les couverts aux couleurs correspondantes. C’est un jeu qu’elle apprécie énormément et que nous recommençons régulièrement. Comme quoi, ce sont les choses les plus simples qui plaisent le plus !

J’ai quand même souhaité créer un nouveau jeu autour des couleurs, je vous présente donc notre Chenille des Couleurs !

Matériel : 

DSC_0308

– des feuilles de canson de couleurs différentes

– un gabarit (j’ai pris un support en contreplaqué de 20 cm de diamètre)

– une paire de ciseaux, un crayon de bois et un marqueur noir

– patafix

Etape 1 : fabriquer la chenille. Sur chaque feuille colorée, tracer un cercle puis le découper.

DSC_0309 DSC_0310

Dans le reste de la feuille blanche, découper deux ovales pour les yeux et avec le marqueur ajouter deux petits ovales noirs. Coller les deux yeux sur l’un des cercles colorés et dessiner la bouche.

DSC_0313

Alors elle est pas trop mignonne la tête de notre chenille ?

Etape 2 : dans le reste du papier coloré, découper de petits rectangles. J’en ai coupé 5 de chaque couleur.

DSC_0311 DSC_0314

Etape 3 : avec la Patafix, fixer les cercles de couleur sur la fenêtre. J’ai choisi cette option plutôt qu’une activité à l’horizontal parce que je pense qu’il est intéressant de proposer aux enfants différents points de vue. Et puis, jouer debout, c’est meilleur pour la posture 🙂

DSC_0356

(ouh le vilain contre jour ! il ne rend pas hommage aux jolies couleurs de notre nouvelle amie la chenille !!! )

Etape 4 : dans un bol (les fameux de chez IKEA), disposer les rectangles de papier. Dans un autre, mettre des petites boules de Patafix.

DSC_0357

Et c’est parti pour jouer !!!

Le principe est simple : à l’aide de la Patafix, placer les morceaux de papier sur les cercles de bonne couleur !

DSC_0358 DSC_0363

 DSC_0365a DSC_0361a DSC_0359a

C’est un jeu auquel Zélie a adhéré tout de suite. Je lui ai montré le principe de la Patafix comme elle ne connaissait pas. Elle a tout de suite compris qu’il fallait mettre un petit bout derrière le papier pour ensuite venir le fixer sur la chenille. Son papa a été surpris de voir à quel point elle s’appliquait dans cette activité : un papier à la fois, un petit morceau de pâte à la fois, puis elle se poste devant sa chenille et observe quelques secondes avant de trouver à quelle couleur correspond son morceau de papier.

Zélie y a joué pendant une petite heure avant de se concentrer sur le modelage de la Patafix. Bien sûr, les papiers bleus et noirs avaient la côte. En revanche, elle hésitait beaucoup sur la nuance de couleur entre le jaune et le orange. Ce sont les deux seules couleurs qui lui ont posé problème, pour le reste, finger in ze nose, comme dirait l’autre !!!

Et chez vous, on joue comment avec les couleurs ?

Des frites dans le bain !

Par défaut

Il y a quelques mois de cela, je vous avais parlé des difficultés et des peurs de Zélie face au bain. C’en était devenu une corvée car elle hurlait dès qu’elle était en contact avec l’eau. Finalement, j’avais créé un petit jeu rigolo avec des éponges colorées et cela avait fait disparaître sa peur ! C’était ici !

Aujourd’hui, fort heureusement, tout va beaucoup mieux. Elle pleure toujours, mais c’est quand il est l’heure de sortir de l’eau !!!

Je me suis amusée récemment à lui créer un nouveau jeu de bain, ceci dans le but de faire disparaître petit à petit ces petits jouets de plastique qui retiennent l’eau à l’intérieur ce qui favorise la prolifération des bactéries et de la moisissure (berk)

Voici donc une petite activité qui vous demandera à vous, parents, un investissement modeste, et quelques minutes de préparation :

DSC_0325

Matériel : 

– frites en mousse (Décathlon)

– un couteau à pain, un cutter et un objet rond qui servira d’emporte-pièces.

Dans un premier temps, il s’agira de couper au couteau à pain, de grosses tranches dans la frite en mousse. Etant donné que j’ai acheté 3 frites de couleur différentes, je ne les ai pas utilisées entièrement, le reste servira à une autre activité prochainement !

DSC_0326

Utiliser votre emporte-pièces (moi j’ai pris un bouchon de soda stream) afin d’évider le centre de chaque tranche, au cutter.

Et voilà le travail !

DSC_0327

Il suffit ensuite de faire couler le bain et d’y mettre les anneaux.

DSC_0328

Zélie était enchantée de toute ces couleurs dans son bain. Son premier réflexe a été de les « coller » à la paroi de la baignoire, comme elle le fait avec les morceaux d’éponge, mais comme la mousse ne « boit » pas l’eau du bain, cela ne tenait pas longtemps.

Elle en a fait des chapeaux,

DSC_0337

Des bracelets,

DSC_0339

Des chaussettes,

DSC_0338

Elle a empilé les morceaux, elle s’est inventée des histoires avec eux. Bref, le bain s’est une fois de plus déroulé dans une super ambiance … jusqu’à ce qu’il ait fallu la sortir !!! Mais ça c’est habituel !

DSC_0333 DSC_0332 DSC_0335 DSC_0334

Bilan de ce nouveau jeu par le Papa de Zélie (qui est de « corvée de bain » maintenant que le petit frère commence à prendre de plus en plus de place) : c’est super, Zélie adore, mais ça prend énormément de place !!! Du coup, j’ai commandé un filet avec des ventouses à fixer au mur. Cela permettra de ranger les morceaux de mousse en attendant le prochain bain !

Et chez vous on s’occupe comment dans l’eau ? On fait de grosses bulles ? on fait le sous-marin ?

Tawashi ! Kesako ?

Par défaut
Tawashi ! Kesako ?

Dans ma réflexion de diminuer mes déchets et de consommer mieux, j’ai déjà bien avancé !!

Pas de conserves (ou presque) à la maison. Au début c’était une affaire de goût, maintenant c’est devenu une habitude de cuisiner un maximum de frais.

Je réduis mes achats : Zélie a des chaussons et des bavoirs cousus par Maman.

Les lingettes ont plusieurs rôles : un paquet pour se débarbouiller les mains et le visage, un paquet pour démaquiller Maman et un paquet pour nettoyer les jolies fesses de mon Morpion. grâce à cela, plus besoin de coton et de disques démaquillants, et notre consommation de lingettes imbibées et de sopalin a beaucoup diminué,  même si pour le moment, on utilise encore les lingettes du commerce pour le change quand nous sommes en sortie.

Depuis quelques jours j’ai enfin commencé mon potager et dans quelques semaines nous mangerons nos légumes du jardin. Je suis une adepte des braderies, des ressourceries, de Emmaüs et du BonCoin, on y trouve vraiment de tout, pour pas cher et ça permet de donner une nouvelle vie à des objets. Je recycle quand je le peux, je récupère et fabrique moi-même certaines choses pour les activités créatives de Zélie …

Je nettoie mes carreaux au vinaigre, je fabrique ma propre lessive, et mon nettoyant pour le sol

Bientôt, grâce à ma super copine de la Fabrique à Brac je fabriquerai ma propre crème hydratante et le produit pour la vaisselle !

Bref, je suis bien consciente que j’ai encore beaucoup de progrès à faire pour arriver au « zéro déchet » (en tous cas je n’ai pas cette prétention ^^), mais je suis déjà bien fière du chemin parcouru par notre petite famille !

Donc, dans ma recherche de consommation plus juste, je me suis penchée sur le cas de mes éponges. On a un lave-vaisselle, donc autant dire que notre « consommation » d’éponges est certainement moindre que pour une famille sans. Cependant, il y en a toujours une sur l’évier, une dans la salle de bain et évidemment une qui sert pour le reste du nettoyage (afin de ne pas laver les vitres avec la même éponge que celle pour la petite vaisselle !!!) On dit que les éponges du commerce, on peut les laver. Personnellement, assez sceptique, j’ai jamais essayé. J’avoue que quand elles avaient une gueule plus assez catholique, elles allaient rejoindre la poubelle. Le principe de la lavette, beaucoup plus économique et écologique ne m’a pas convaincu non plus.

Alors un jour, au hasard de mes balades sur le net (parce que je ne passe pas des heures à me renseigner sur les éponges non plus), je suis tombée (mais je ne me suis pas fait mal rassurez-vous) sur une fille qui faisait la promo des TAWASHI

Alors qu’est-ce-que c’est les TAWASHI ? C’est un nom barbare japonais dont je ne connait pas la signification (non je ne parle pas jap’ couramment !!) mais qui désigne de petites éponges à l’origine en crochet

Afficher l'image d'origine

Sources : Pinterest

Bon, il faut savoir que le crochet, ce n’est vraiment pas ma tasse de thé (mais je ne m’avoue pas vaincue !!!) alors je me suis intéressée au sujet et miracle !! plusieurs bloggueuses réalisent leurs tawashi en tissu !!! Une aubaine pour moi !

La technique est hyper simple puisque si on a besoin de tissu pour réaliser ces éponges lavables et réutilisables, en revanche, il n’y a aucune couture.

Allez, je vous propose mon petit Do It Moi-Même : l’éponge TAWASHI

Matériel :

DSC_0087

DSC_0088

– de vieux collants, tee-shirt, leggings … le tout est que le tissu soit extensible.

– du liège (moi j’ai pris mon tableau pêle-mêle en liège qui est normalement accroché sur le mur de mon bureau)

– des épingles ou des punaises (celles avec une grosse tête)

– des ciseaux, une règle et un crayon.

Etape 1 : couper des bandes de 2-3 cm de large dans les manches de vos vieux tee-shirts et dans les jambes de vos vieux collants et leggings.

Etape 2 : Sur le liège, tracer un carré de 14 cm de côté. Sur chaque côté, planter la première punaise à 2,5 cm du bord, puis tous les 1,5 cm. Sur chaque côté vous avez donc 7 punaises. (comme vous avez pu l’apercevoir, sur la photo le nombre de punaises n’est pas le même. C’est que j’ai amélioré ma technique en cours de route pour mieux vous satisfaire :P)

DSC_0090

Etape 3 : tendre entre les punaises opposées une première rangée de bandes

DSC_0091

Etape 4 : avec sept autres bandes, tisser entre les bandes déjà installées comme sur la photo.

DSC_0092

Etape 5 : une fois que le tissage est terminé, il faut « rabattre » les mailles. Alors si le mot peut faire peur, la technique en revanche est super simple. il suffit de détacher un anneau d’une punaise et de le passer dans l’anneau suivant et ainsi de suite. quand vous avez rabattu tous les anneaux, il vous en reste un dans la main. on le laisse tel quel, il servira à suspendre l’éponge.

DSC_0093

Alors elle n’est pas hyper simple cette technique ? Pour les personnes débordées, j’espère achever de vous convaincre qu’en 20 minutes j’ai eu le temps de créer le « métier à tisser », couper toutes mes bandes et créer 6 Tawashi !!!

DSC_0094 DSC_0096

Après le moment de la création, vient celui du test ! J’ai jamais été aussi enthousiaste à l’idée de faire la vaisselle ce jour-là !!! Pour rappel, j’ai utilisé 2 types de tissu : celui des tee-shirts et leggings et celui des collants. Si au départ j’étais assez sceptique pour les collants, au final l’éponge faite dans ce tissu est celle qui m’a le plus convaincue. Je trouve que ça nettoie mieux et en plus ça va mieux à tisser. de plus, plus vos bandes seront larges, plus l’éponge sera « dense » et le maillage serré.

DSC_0097

Mon avis : je suis donc enchantée de mes nouvelles éponges. Elles sont plus pratiques, plus jolies aussi et surtout beaucoup plus écologiques. Enfin le dernier point non négligeable, elles sont plus hygiéniques puisqu’il suffit de les jeter dans la machine quand elles sont trop sales. J’attends avec impatience la prochaine fournée de collants trop petits de Zélie pour en refaire d’autres.

DSC_0099

Ah, et je n’ai toujours pas abandonné mon apprentissage du crochet : prochaine étape, le tawashi en crochet. Justement j’ai une pelote de coton qui n’attend que ça !!!

Et chez vous, quels sont vos petits gestes, vos astuces pour diminuer vos déchets ?

Le bain de doudou

Par défaut

Au retour de la sieste, il était vraiment temps que doudou prenne un bain.

Si au début je le mettais directement dans la machine (il y a un doudou de remplacement dans la commode), sans le montrer à Zélie, depuis quelques mois, c’est elle qui l’installe confortablement par dessus le reste du linge dans le tambour, qui lui fait un gros bisou et qui referme le hublot. Pour le moment, elle se plie volontiers à cette habitude, mais on n’est jamais à l’abri qu’un jour elle ne veuille plus laver son doudou.

Alors j’ai donc profité de l’occasion pour faire une activité autour du bain de doudou.

Matériel : 

DSC_0041

– une feuille canson bleue

– du papier de soie bleu de différents tons

– de la colle blanche

– une feuille blanche

– une photo de doudou

– un bol

– de l’eau

– du liquide vaisselle

– du colorant bleu (ou de la gouache bleue)

– une paille

– feutre noir et ciseaux

Etape 1 : on a fait la mousse du bain de doudou. Pour cela, on a testé pour la première fois la technique de peinture avec des bulles. dans un bol, j’ai mis de l’eau, du liquide vaisselle et du colorant alimentaire bleu. On mélange le tout. Zélie a ensuite soufflé très fort dans la paille pour faire un maximum de bulles, puis j’ai posé par dessus les bulles, un morceau de la feuille blanche. En éclatant, les bulles de savon on laissé leur empreinte sur la feuille c’était rigolo. En revanche, la prochaine fois, pour que les empreintes de bulles soient plus prononcées, je mettrai soit plus de colorant, soit de la gouache, car le dessin était assez pâle.

DSC_0042 DSC_0045 DSC_0044

Etape 2 : on a fait la salle de bain de doudou. j’ai découpé (ou plutôt arraché) de gros carrés dans le papier de soie puis, Zélie a appliqué la colle au pinceau sur une zone de la feuille, a posé le morceau de papier de soie sur la colle puis a remis de la colle par dessus pour bien le fixer (et moi je suis passée derrière elle pour que le papier de soie soit bien recouvert de colle). Elle a réitéré l’opération pour l’ensemble des morceaux de papier. C’est une étape qui lui a beaucoup plu, elle aurait continué encore et encore si je ne l’avais pas arrêtée (pour cause de pénurie de papier sur la table !)

DSC_0046 DSC_0047

DSC_0048 DSC_0049

DSC_0050

DSC_0052

Etape 3 : nous avons profité que les bulles et la salle de bain séchaient sur le radiateur, pour lancer le « vrai » bain de doudou, c’est à dire mettre en route la machine à laver. Zélie lui a donc expliqué avec ses mots à elle qu’il allait être tout propre, elle lui a fait un bisou, un câlin et hop dans la machine ! Après un dernier au-revoir à travers le hublot, elle a appuyé sur le bouton de lancement et est repartie jouer !

DSC_0053

Etape 4 : de mon côté, j’ai dessiné une jolie (!) baignoire dans le reste du papier blanc que j’ai découpée, ainsi que les contours de la photo de doudou (note pour la prochaine fois : imprimer un doudou un peu plus grand !!!). Enfin, j’ai également découpé les bulles de savon (sèches).

DSC_0054

Etape 5 : lorsque la feuille bleue a enfin terminé de sécher, j’ai expliqué à Zélie que nous allions poser l’ensemble des éléments dessus. elle a donc mis la baignoire au centre. Je lui ai proposé de mettre les bulles « dans la baignoire », ce qu’elle a fait spontanément, puis elle a mis doudou dans la baignoire également. Pour l’étape du collage, je me suis débrouillée toute seule et j’ai juste mis les bulles ainsi que doudou en arrière plan par rapport à la baignoire (puisque Zélie les avait posés par dessus).

Et voilà le résultat !

DSC_0057 DSC_0058

Doudou est tout propre et sent très bon depuis qu’il a pris son bain !!!

C’est une petite activité qui a bien plu à Zélie. Je me rends compte qu’elle aime beaucoup que nous relions les activités avec le quotidien, je crois que ça donne davantage de sens à tout ce que nous faisons de manière automatisée tous les jours.

La prochaine fois, Doudou prendra son bain en même temps que Zélie, je crois que ça lui plaira bien aussi 🙂

Une jolie carte de Saint Valentin

Par défaut
Une jolie carte de Saint Valentin

La Saint Valentin c’est la journée des amoureux certes, mais c’est aussi l’occasion d’offrir un petit cadeau aux personnes qu’on aime très fort.

Même si elle a déjà plusieurs amoureux à la crèche, pour le moment, Zélie n’a qu’un homme dans sa vie. Alors pour la Saint Valentin, Zélie a réalisé une jolie carte pour son Papa !

Matériel : 

DSC_0032

– du papier de soie. Nous avons choisi les couleurs qui symbolisent l’amour (enfin selon moi !) : du rouge, du rose et du violet.

– du papier type canson pour le coeur

– de la colle et un pinceau

– une feuille noire et un posca blanc (qui ne sont pas sur la photo car au début de l’activité, je ne savais pas encore ce qui allait advenir du coeur !)

Etape 1 : déchirer le papier de soie en morceaux puis chiffonner chacun d’entre eux pour avoir de petites boules de papier. Cette étape, pourtant relativement longue a cependant beaucoup plu à Zélie qui a consciencieusement réalisé ses boulettes de papier une à une.

DSC_0040DSC_0041

DSC_0034 DSC_0036 DSC_0038

Etape 2 : Couper la feuille de papier Canson blanche en forme de coeur. Pour être certaine d’avoir un coeur « symétrique », j’ai plié ma feuille en deux puis j’ai tracé que la moitié du coeur contre la pliure. Après la découpe, mon coeur était parfaitement symétrique.

Etape 3 : mettre de la colle sur le coeur, mais par petites parties pour éviter qu’elle ne sèche trop rapidement. Zélie a ensuite posé les boulettes de papier de soie aux endroits déjà encollé.

DSC_0042 DSC_0044 DSC_0045 DSC_0046

Je crois que pour nos prochaines réalisations de collage, j’utiliserai une autre technique. En effet, la colle blanche sur le papier blanc, ça ne se voit pas beaucoup. Du coup Zélie a eu parfois quelques difficultés à poser les boules de papier sur les zones déjà encollées. Alors soit j’utiliserai du papier coloré, soit je mettrai une goutte de colorant dans ma colle pour la colorer.

J’ai eu le bonheur de pouvoir terminer le coeur, notamment au niveau du contour et des espaces laissés libres. J’étais toute contente de pouvoir le faire puisqu’à plusieurs reprises, lorsque j’ai voulu « aider » Zélie (ou plutôt m’amuser moi aussi) je me suis fait rappeler à l’ordre par la demoiselle : « non, non Maman » !!!

Etape 4 : une fois que le coeur en papier est entièrement recouvert de papier de soie, je l’ai collé sur le coin supérieur droit d’une carte noire et j’ai rajouté un petit mot. 

Et voilà le résultat !

DSC_0049

Zélie a été très heureuse d’offrir cette jolie carte à son Papa et Papa a été très content de recevoir un petit présent de sa fille !

Et en arrière plan, la belle rose que Papa m’a offerte 🙂

Et chez vous on a fêté la Saint Valentin ?

jeu de société Nathan « Couleurs et Formes »

Par défaut

Depuis quelques mois, Zélie s’intéresse de plus en plus aux jeux de société.

ça ne peut pas mieux tomber, je suis une fan inconditionnelle de jeux de société !!! Je me souviens des parties de « dada » (petits chevaux) avec ma Grand-Mère, les Monopoly interminables avec tous mes frères et soeur et toujours ma Grand-Mère, les échecs avec mon Papa (même que une fois je l’ai battu, et à la régulière en plus !!!). Aujourd’hui, avec les copains, on passe une grande partie de nos soirées à jouer à des « jeux d’apéro » (Time’s up, jungle speed ….) ou des jeux plus longs (Carcassonne, Concept…)

Bref je m’égare, mais promis, un jour je vous ferai un petit topo pour les jeux « d’adultes » qui nous font revenir en enfance tellement on glousse en y jouant !!

Donc je disais que Zélie s’intéresse de plus en plus aux jeux de société !

Le premier jeu de société vu comme tel que je lui ai proposé c’est : une cuillère pour Martin. Je vous l’avais présenté ici

Depuis, l’armoire à jeux s’est un peu étoffée, mais s’il y en a un qui remporte tous les suffrages auprès de la demoiselle c’est celui-ci :

DSC_0035

La petite école est une collection de jeux créée par Nathan et développée par des professionnels de la petite enfance. Le but est de proposer aux petits, les apprentissages fondamentaux à travers des jeux sympathiques.

Ce qui est intéressant avec ces jeux c’est le grand nombre de règles du jeu proposées dans le coffret (comme chez HABA). Ainsi, il est possible de s’intéresser juste aux illustrations, juste aux couleurs, ou de combiner les deux, cela permet aussi de jouer seul ou à plusieurs. Bref c’est donc un jeu de société qui offre de multiples possibilités.

« Formes et Couleurs » est destiné aux enfants à partir de deux ans, mais Zélie (21 mois) y joue déjà depuis plusieurs semaines. Les objectifs annoncés par Nathan sont donc

– apprendre à nommer les couleurs

– développer le vocabulaire

– identifier les formes et les silhouettes.

Bon pour le moment, les couleurs ce n’est pas du tout la préoccupation de Zélie. Elle a encore un peu de temps avant de les distinguer et puis de toute façon elle ne s’en intéresse absolument pas. Je ne la force pas, mais je n’hésite pas, lors de nos séances de jeux, d’activités manuelles ou de « discussions » de nommer les couleurs des objets que nous croisons ou que nous utilisons. Même si elle ne les retiens pas, elle les répète… c’est déjà ça !

Passons au contenu de la boite :

– 4 planches avec sur chacune 6 illustrations de six couleurs différentes : une rouge, une jaune, une verte, une bleue, une rose et une marron. Sur l’autre face des planches, nous retrouvons les mêmes illustrations, mais elles sont monochromes.

DSC_0029 DSC_0030

– 24 « pions » qui représentent les 24 illustrations des planches. Sur l’une des faces, les illustrations sont colorées, sur l’autre, elles sont monochromes.

DSC_0032 DSC_0031

– 24 « petits pions » colorés, 4 pions de chaque couleur (rouge, jaune, vert, bleu, rose et marron).

DSC_0033

– les règles du jeu sous la forme d’un livret.

Tout cela permet donc de jouer selon 6 règles du jeu différentes.

Nous, pour le moment, nous nous sommes arrêtés à la première règle du jeu : je propose à Zélie l’un des pions et elle se charge de retrouver l’illustration sur les planches puis de poser le pion sur l’illustration.

DSC_0027

C’est une règle du jeu qui plait beaucoup à Zélie qui apprécie de retrouver des objets que nous nommons dans les livres que nous lisons, ou dans les paysages que nous regardons. Elle est très observatrice et n’hésite pas à regarder plusieurs fois son pion pour être certaine de ne pas se tromper. Cela lui permet également de travailler son vocabulaire et son élocution. S’il y a certaines illustrations dont elle connait le nom (papillon, pomme…), pour les autres, je lui annonce le dessin (et la couleur) et elle répète consciencieusement après moi.

DSC_0028 DSC_0026

Parfois ça permet de jolis fous-rires puisque par exemple le « ballon » devient le « bablon » (on a l’impression d’entendre parler un Minion ^^)

DSC_0025

En proposant ce jeu à Zélie, je me suis posée la question de savoir comment elle réagirait face à des règles. jusqu’alors, ses jeux et activités manuelles étaient très libres. Finalement j’ai été très surprise.

– Elle écoute avec attention les consignes et observe sagement lorsque je lui montre

– Elle a assimilé tout de suite la notion spatiale « au dessus de ». Je ne pensais pas qu’il s’agissait d’une notion comprise si vite, mais tout de suite, elle a posé le pion « au dessus de » l’image correspondante.

– Elle termine TOUJOURS le jeu qu’elle commence

– Elle range TOUJOURS son jeu lorsqu’elle a terminé (et ça c’est un très bon point !!!)

DSC_0017 DSC_0022

 Ce jeu est donc une chouette découverte et m’est avis que la collection « Petite école » de Nathan s’étoffera rapidement dans l’armoire à jeux !!!

ET chez vous, à quels jeux jouent les enfants et les parents ?

DSC_0020

les pots à crayons multicolores

Par défaut
les pots à crayons multicolores

Lorsque j’étais enceinte de Zélie et que je me baladais sur Pinterest, j’étais tombée en amour sur ces pots pour ranger les feutres et les crayons en fonction de leur couleur.

sources : Pinterest

Je m’étais promis de les réaliser quand la demoiselle serait en âge de reconnaître les couleurs.

Il y a quelques mois, je suis donc partie à la recherche de pots à crayons pour réaliser mon truc à moi. Eh bien croyez-le ou non, mais impossible de mettre la main sur des pots à crayon en bois carrés, ou même de simples boites carrées qui feraient l’affaire. Chez mon ami 10doigts j’ai donc commandé 11 pots à crayons hexagonaux (6 côtés donc).

Armées de mes tubes de peinture acryliques, j’ai donc entrepris de peindre ces pots. L’avantage de la peinture acrylique c’est que la couleur est vraiment éclatante lorsqu’elles sont sèches. Si pour certaines teintes il a fallu qu’une seule couche, pour les autres, la norme c’était deux couches… sauf pour deux récalcitrants qui en ont réclamé une troisième !!!

Une fois que tout ce petit monde a bien séché, j’ai mis en marche mon imagination pour trouver un système pour les ranger, avec ce que j’ai à la maison.

J’ai donc ressorti la boîte de ma tablette qui dormait bien profondément. le socle et le couvercle ont fait l’affaire.

Mais il fallait masquer la marque…. Je me suis donc amusée à coller du masking tape sur les bords des deux boites

20160122_152413

J’ai donc les pots à crayons tout colorés, les boites de rangement bien décorées, mais je n’étais pas encore satisfaite. Je voulais un socle pour fixer les boites qui contiendront les pots (vous me suivez ?)

J’ai donc récupéré un vieux calendrier (merci le copain qui bosse en imprimerie 😉 ) que j’ai découpé (non sans mal) aux dimensions que je souhaitais. J’ai peint en blanc le pourtour de ce rectangle car j’avais dans l’idée d’y appliquer également du masking-tape pour le décorer, mais même avec le ruban, on voyait encore les inscriptions dessous. Je n’ai pas tout peint, déjà par flemme (on ne se refait pas) et ensuite parce que la partie centrale accueillera la boite qui sera collée.

20160122_154133

Mon chat a plutôt apprécié le calendrier qui séchait au pied du radiateur puisque j’ai eu le bonheur de découvrir des empreintes de pas blanches dans toute la maison !!!

Une fois le calendrier sec et décoré de masking-tape, j’ai pu coller avec de la glue, les deux boites ensemble puis sur le support.

20160122_202318[1]

et voilà le résultat avec les boites bien fournies :

20160204_134617

Bon ok, il y a 2 boites vides pour le moment, mais je n’ai pas de gris dans nos crayons et pour le blanc, … , ce n’est pas quelque chose qu’on utilise bien souvent. Je pense y mettre des craies grasses ou des pastels.

20160122_154955

Zélie semble plutôt bien comprendre le concept de ranger ses crayons selon les teintes, mais pour le moment, elle préfère enlever un pot, essayer l’ensemble de son contenu, puis le reposer et en prendre un autre. Dans ces conditions, les couleurs n’ont pas le temps d’être mélangées.

20160122_154551

Et chez vous, on les range comment les crayons ?